6 July 1790: preparing for the Fête de la Fédération

(…) La Fédération aura lieu le 14. On a arrangé le Champ de Mars en grand  comme les anciens cirques des Romains en petit. Il y aura 350.000 places assis. Rien n’étoit plus curieux que de voir, ces jours-ci, 50 à 100.000 âmes de toutes qualités et conditions travailler gratuitement à cette place qui est un prodige. Au milieu est l’autel de la Liberté. On attend 200.000 députés des provinces, des municipalités et régimens. Paris en est déjà si plein qu’on ne sait où les loger et que non seulement les auberges, hôtels, appartemens à louer se trouvent remplis, mais même les maisons des particuliers, où les officiers de ville font chercher des logemens. Il y a tellement d’étrangers que je crois qu’on ne trouveroit pas un appartement propre en payant quatre fois sa valeur. Par contre, la noblesse part, pour ne pas se trouver le 14 à Paris. On y fait appréhender une révolution, mais je n’y crois point. (…)

J’oubliois de vous dire que M. le duc d’Orléans arrive à Paris. (…)

Le comte de Seneffe au comte J.-B. de Pestre, son frère, à Trèves, dans Pierre de Vaissière, Lettres d’« aristocrates ». La Révolution racontée par des correspondances privées. 1789-1794 (Paris, 1907), p. 171.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s