2 July 1789: “un signe de mépris outrageant” – how did it look?

(…) On a lu… la liste des bureaux ; le cardinal de la Rochefoucauld a lu la délibération par laquelle l’ordre du clergé “a arrêté de se rendre dans la salle nationale”, ce qu’il n’a fait que “sans préjudice du droit qui appartient au clergé d’opiner par ordre, suivant les principes constitutifs de la monarchie, que le clergé ne peut ni ne veut abandonner dans la présente session”.

L’archevêque de Vienne a observé avec beaucoup de modération que, quand cette résolution avait été prise, la majorité du clergé était déjà réunie ; qu’ainsi il n’était pas l’arrêté du clergé, mais d’une partie du clergé.

Mirabeau a fait ensuite une tirade pleine d’emportement, dans laquelle il dit que nul n’a le droit de protester contre la nation, qu’on ne doit pas délibérer en présence de ceux qui protestent, et que ceux qui veulent prendre ce parti peuvent sortir.

L’archevêque d’Aix, avec la tournure adroite qu’on lui connaît, a fait un discours très larmoyant, où il peint le dévouement du clergé, son empressement à faire la bien commun : “Nous ne protestons pas, nous faisons des réserves, nous les mettons sur le bureau”. Un nommé Bouche, député de Provence, homme très violent (…), l’a interpellé de déclarer s’il était de la majorité ou de la minorité. “Il n’y a plus, lui a répondu l’archevêque [de Vienne], ni majorité, ni minorité, nous sommes tous ici”.

Le président a encore marqué que, dans une assemblée bien réglée, il n’y avait pas d’interpellation particulière. (…)

Un M. Petion, député de Cahrtres, a observé que les individus peuvent avoir la liberté de faire des protestations, mais que l’Assemblée ne doit pas les recevoir”.

Mirabeau est encore revenu à la charge : “Nul membre de cette Assemblée n’a le droit de dire : Je veux, je ne veux pas. Vous manqueriez à la dignité de l’Assemblée en recevant de tels actes”. Il a fait un signe de mépris outrageant. (…)

Journal d’Adrien Duquesnoy, député du Tiers état de Bar-le-Duc, sur l’Assemblée constituante : 3 mai 1789-3 avril 1790, t. 1 (Paris, 1894), p. 154-155.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s