30 June 1790: anticipating the Fête de la Fédération

(…) On attend ici avec la plus grande impatience le jour à jamais mémorable de la Fédération ; nous nous promettons bien d’assister à cette auguste cérémonie, de manière à ne rien perdre du coup d’oeil, qui, comme tu le penses, sera superbe. Je crois maintenant qu’il y a bien des personnes en province qui voudraient être à notre place, qui donneraient bonnes choses de pouvoir venir ici. Mais qui peut retenir mon oncle, par exemple? Pourquoi ne vole-t-il pas vers Paris? Mon oncle a peut-être l’humeur sédentaire, mais aussi il me semble que la curiosité, l’envie de voir des choses  dont il sera parlé dans tous les siècles à venir sont bien faites pour combattre avec succès le doux penchant qui l’attache à Bordeaux. (…)

Edmond Géraud to his father, in Gaston Maugras, Journal d’un étudiant (Edmond Géraud) pendant la Révolution, 1789-1793, 3ème éd. (Paris, 1890), p. 81-82.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s