15 June 1789: the king’s title challenged

(…) Vous n’apprendrez pas sans surprise que l’ordre du Tiers demande au Roy les grandes entrées de sa Chambre pour son président, son doyen, et quatre membres à leur choix. Cet ordre menace de se constituer, seul, Nation, sur le refus des deux autres de travailler en commun. Ils appellent le Roy, le roy de la France. Jusqu’à présent je l’avois cru roy de France, et je n’avois pas trouvé de contradicteurs. Grâce aux soins de M. Necker, je vois des gens lui disputer ce titre si légitime, et pour lequel je  me ferois hacher pour le lui conserver. C’est la seule occasion de dérouiller ma vieille épée que j’ai pendue au croc et qui feroit encore son devoir si on m’oblige de la faire sortir de son étui. Je compte sur beaucoup d’imitateurs, au nombre desquels je vous mets en ligne, quoique vous ayez employé plus de temps à juger des procès qu’à tuer du monde. Les choses sont au point qu’il faudra que Sa Majesté montre son autorité pour contenir l’ordre du Tiers qui est si insubordonné. La Cour est à Marly. Voilà tout ce que j’ai à vous dire pour cette fois que je suis pressé de sortir. (…)

Du comte de Quélen à M. le président de Saint-Luc, en son château du Bot, près Le Faou, par Landerneau, en Bretagne, dans Pierre de Vaissière, Lettres d’« aristocrates ». La Révolution racontée par des correspondances privées. 1789-1794 (Paris, 1907), p. 39-41.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s