2 June 1790: an aristocrat celebrates a decree

(…) L’Assemblée vient de faire un décret fort sage sur la mendicité. Paris étoit rempli de gens sans aveu qui y causoient et augmentoient des désordres. Sous quinze jours, il faut qu’ils se rendent ou soient conduits dans leur lieu de naissance, où il sera pourvu à les occuper à des ouvrages utiles. Quant aux étrangers, on les conduira à la ville frontière du lieu de leur naissance. On leur donne à tous 3 sols par lieue. Je crains que cela ne fasse refluer chez nous de vilaines gens… (…)

Le comte de Seneffe à M. J.-B. Cogels, à Anvers, dans Pierre de Vaissière, Lettres d’«aristocrates». La Révolution racontée par des correspondances privées. 1789-1794 (Paris, 1907), p. 169.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s