21 May 1790: the question of powers in the Assembly

La grande question de savoir si le droit de déclarer la guerre, de conclure la paix, d’arrêter des traités d’alliance ou de commerce, sera exercé par le roi, ou s’il appartiendra au corps législatif, n’est point encore décidée. Tous les jours, cette question s’agite, et donne à nos séances un merveilleux éclat. Elle fournit aux talens les plus distingués une belle occasion de paroître et produit en effet des discours remplis d’érudition et d’éloquence. Demain, il doit être statué définitivement sur cet objet. (…)

Tous les jours, nous recevons des diverses parties du royaume, et même, ce soir, nous avons reçu de la Martinique, des députés envoyés pour exprimer à l’Assemblée l’adhésion la plus parfaite à tous ces décrets. Tous les discours de ces députés respirent le plus vifs amour pour la liberté, l’attachement le plus inviolable au nouvel ordre de choses, et la haine la plus forte pour l’ancien régime que nous avons détruit.

François Ménard de la Groye à son épouse, dans Correspondance (1789-1791) (Conseil Général de la Sarthe, 1989), p. 218.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s