18 May 1790: dealing with a breast cancer

(…) Depuis ton départ de Paris, Mademoiselle Fouré a été dans un grand danger. Elle avoit, depuis douze ou quinze ans, une glande ou tumeur extraordinaire au sein. Cette glande s’est ouverte tout-à-coup : un horrible cancer s’est manifesté et il a fait en quelques jours de si grands progrès qu’on regardoit la mort de la malade comme très prochaine. Mais une grande évacuation de matière purulente s’est faite et l’a beaucoup soulagé. On a fait venir auprès d’elle le premier chirurgien de l’Hôtel-Dieu, lequel a pensé que l’on ne pourroit sauver la malade que par l’amputation du sein. Hier, elle a subi cette opération avec beaucoup de courage et de succès. Elle étoit ce soir aussi bien que le permet son état. (…)

François Ménard de la Groye à son épouse, dans Correspondance (1789-1791) (Conseil Général de la Sarthe, 1989), p. 216.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s