25 April 1793: Marat, white as snow

(…) Marat a eu[,] hier, un triomphe complet. Il s’était fait écrouer la veille à l’Abbaye, et il a paru au tribunal, investi de tous les voeux des gens qui se piquent de justice, même envers leurs ennemis. Bref, il est sorti comme neige. Au moins 40 000 personnes l’ont reconduit au Sénat, après lui avoir posé sur la tête une couronne civique. (…) …Marat… s’est présenté avec la dignité d’un innocent, qu’il avait porté au tribunal, qu’il a développé aux regards du peuple et qu’il a manifesté au Sénat. Une phrase ou deux qu’il a prononcées avec calme ont terminé la séance. (…) Je crois que tu dois être content du journal républicain. Il te dit si bien les nouvelles qu’il me laisse qu’à glaner. Paris est tranquille. La masse de la Convention est pure malgré toutes ses divisions ; et, si l’on n’y traitait que les grands affaires dont les passions haineuses éloignent artificiellement les discussions, la majorité ferait de bonnes choses. Patience et courage ! Toutes les armées crient : “Vive la République ! ” On est sérieusement occupé à en purger l’état-majors. Les deux nouveaux ministres marchent dans la bonne voie. Les autorités constituées de la grande cité vont d’accord. Je ne crains rien, ni du peuple, ni pour le peuple. (…)

Rosalie Jullien à Marc-Antoine Jullien fils à Tarbes, dans « Les affaires d’État sont mes affaires de cœur » : lettres de Rosalie Jullien, une femme dans la Révolution, 1775-1810, présentées par Annie Duprat (Paris : Belin, 2016), p. 227-228.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s