6 April 1791: women in politics

…mercredi… (…) Quant au Cercle social, je ne passerai point deux jours sans qu’il ait une lettre capable de le porter à agir avec vous, s’il a de l’énergie et de l’activité. Je lui ai écrit déjà dans une autre circonstance, sans me nommer toutefois, car je ne crois pas que nos moeurs permettent encore aux femmes de se montrer ; elles doivent inspirer le bien et nourrir, enflammer tous les sentiments utiles à la patrie, mais non paraître concourir à l’oeuvre politique. Elles ne peuvent agir ouvertement que lorsque les Français auront tous mérité le nom d’hommes libres ; jusque-là notre légèreté, nos mauvaises moeurs rendraient au moins ridicule ce qu’elles tenteraient de faire, et par là même anéantiraient l’avantage qui, autrement, pourrait en résulter. (…)

Mme Roland à Bancal, à Londres, in Lettres de madame Roland : [1780-1793], publ. par Claude Perroud, vol. 2, Paris, l’Imprimerie nationale, 1902, p. 258.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s