18 March 1790: the misfortune of moderate people

La discussion sur le remplacement de la gabelle a été pour l’abbé Maury une belle occasion de déclamer contre M. Necker. Assez de papiers publics rapporteront ce qu’il s’est permis de dire, mais ce qu’ils n’observeront peut-être pas, c’est le rapprochement que j’ai eu si souvent occasion de faire des opinions de l’abbé Maury et du comte de Mirabeau, c’est que les deux extrêmes produisent toujours les même effets. Cette vérité est incontestable en morale et en politique : ainsi l’extrême amour de l’ancien ordre des choses et l’extrême amour du nouveau inspirant à MM. Maury et de Mirabeau une haine extrême contre M. Necker, qui, en approuvant les principes sur lesquels repose la constitution nouvelle, n’approuve pas tous les détails et tous les moyens employés pour l’établir.

Le malheur des gens modérés et sages, c’est qu’ils déplaisent à tous les parties et qu’ils n’en contentent aucun, par cela cela seul qu’ils sont sages et modérés. (…)

Journal d’Adrien Duquesnoy, député du Tiers état de Bar-le-Duc, sur l’Assemblée constituante : 3 mai 1789-3 avril 1790, t. 2 (Paris, 1894), p. 472.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s