16 March 1790: humour of Toulouse-Lautrec & church property in Paris

Le comte de Toulouse-Lautrec, en demandant… à l’Assemblée permission de s’absenter pour quinze jours, a ajouté : Et, si l’on entend parler de ce que je dirai ou de ce que je ferai pendant mon absence, tout le monde en sera content, même le côté gauche. Cette idée a fait beaucoup rire.

Le comité des finances a rendu comte de l’examen qu’il a fait du projet proposé par la ville de Pais pour l’aliénation des biens naguère du clergé, aujourd’hui de la nation ; le comité a adopté les bases de ce plan et il a proposé les moyens de l’exécuter. On sait qu’il a deux parties bien distinctes. 1° L’acquisition d’immeubles pour 200 millions de livres, dont 50 seront versés au trésor public, le quart de surplus, c’est-à-dire de la somme totale à laquelle les immeubles seront vendus, appartenant à la ville de Paris, après qu’elle aura dudit les frais, etc. 2° Les 150 millions seront payés en papiers garantis par la municipalité, portant prime par certaines combinaisons de loteries, hypothéqués sur les immeubles et destinés à faire l’office des billets d’État. (…)

Journal d’Adrien Duquesnoy, député du Tiers état de Bar-le-Duc, sur l’Assemblée constituante : 3 mai 1789-3 avril 1790, t. 2 (Paris, 1894), p. 469-470.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s