25 February 1792: Jacobins will put hands in your pockets

Monsieur…,  comme on est assuré qu’il y a beaucoup de numéraire dans plusieurs maisons, et qu’on se lasse de le payer fort cher pour le service du Trésor public et le prêt des troupes qui l’exigent ainsi, il est question de faire des perquisitions domiciliaires, et vous jugez de là quelle inquisition et à quoi on seroit exposé ! Ce qui pourroit arriver de plus heureux dans ce cas seroit que, en s’emparant de votre argent, on vous donnât au moins des assignats, ce qui n’est pas certain. On parle de billets d’Etat avec intérêt, parce que l’on suppose que celui qui garde un fonds mort, qui ne circule pas et ne produit rien, peut s’en passer et qu’il sera suffisamment dédommagé par l’intérêt annuel dont on le bonifiera. Vous voyez d’après ce plan que messieurs les Jacobins sont très disposés à mettre les mains dans les poches de tout le monde, et qu’après avoir pris et mangé toutes les propriétés foncières, ils s’empareront de notre mobilier.  Au point où nous sommes, on peut s’attendre à tout. Excès, injustice, spoliation, tout cela n’est que gentillesse et ne coûte rien à décréter.

M. Lefebvre à M. Vanlerberghe, dans Pierre de Vaissière, Lettres d’« aristocrates ». La Révolution racontée par des correspondances privées. 1789-1794 (Paris, 1907), p. 452.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s