16 February 1791: general state of affairs

Depuis que je t’ai écrit,  mon coeur,… on ne sait que penser des affaires. Tout le monde parle à tort et à travers, et peu de gens sont instruits. Je vois qu’il y a plusieurs partis qui se croisent et se choquent sous le tapis et qui par leur opposition empêchent le retour du calme et du bon ordre. Mais tout le monde est mécontent. On vient de supprimer les maîtrises, ce qui ruine les artisans et les ajoute au nombre des mécontens. On va détruire les murs de Paris et les barrières, devenus inutiles pour la contrebande qui se fait à force ouverte. Cela mettra vingt mille commis sur le pavé, et en fera autant de mécontens. Ils est difticile de prévoir quand et comment tout cela finira. Je veille et observe et je te manderai tout ce que je saurai…

Le marquis de Mesmon to his wife, dans Pierre de Vaissière, Lettres d’« aristocrates ». La Révolution racontée par des correspondances privées. 1789-1794 (Paris, 1907), p. 267.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s