6 January 1790: Deputy as soldier

(…) Quant à nos [that of National Assembly – AE] affaires, je ne peux rien dire. Nous sommes toujours au même point.  Nous avons beaucoup d’ennemis ; il est impossible de prévoir comment tout ceci tournera. Aussitôt que nos affaires seront finies, je pars, mais quand sera-ce ? Dieu le sait. Nous n’avançons à rien. Depuis quinze jours, on ne fait que criailler dans notre salle. Il semble que nous soyons là deux armées prêtes à se battre, et les méchants l’emportent souvent sur les bons. Je suis ici bien las. Je mène une vie bien dure, mais il n’y a pas à reculer, excepté quelques  rhumes de temps en temps, je me porte bien. (…)

Lettres de l’Abbé Barbotin, député à l’Assemblée constituante, publiées par A. Aulard (Paris, 1910), p. 82.

NB: the date in the publication (“1789”) must have been mistyped

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s