23 December 1789: On tolerance

La tolérance religieuse n’est pas une idée bien familière à l’Assemblée. Aujourd’hui, on en est revenu à une motion du comte de Clermont-Tonnerre, relative à l’exclusion des assemblées administratives à prononcer contre les non-catholiques. On sait qu’il avait proposé de n’exclure personne, soit à raison de religion, soit à raison de la profession qu’il exerce. Cette rédaction était vicieuse en elle-même, parce qu’elle suppose qu’il pourrait y avoir du doute sur cette question ; mais ses faiseurs ont voulu l’étendre et y faire nommer expressément les juifs et les non-catholiques, les comédiens, les bourreaux, etc. Cette maladresse a beaucoup nui à la question ; tel homme qui l’eût laissée passer si elle avait été exprimée d’une manière vague et générale, qui ne se serait pas même aperçu de la latitude qu’on voulait lui donner, s’y est opposé quand il a vu les détails ; tel homme, que l’expression de non-catholique n’eût pas effrayé, s’est irrité quand il a ouï parler des juifs ; tel homme, qui aurait admis les non-catholiques, n’a pas voulu qu’on les confondît avec les comédiens et les bourreaux. (…)

Journal d’Adrien Duquesnoy, député du Tiers état de Bar-le-Duc, sur l’Assemblée constituante : 3 mai 1789-3 avril 1790, t. 2 (Paris, 1894), p. 202-203.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s