15 December 1789: “ce bon prince s’est attendri au récit que lui a fait M. Necker de la triste condition des noirs”

(…) Les Députés et tous autres n’empêcheront pas que l’on ne travaille sans relâche à la suppression de la traite et à la liberté progressive des noirs dans les colonies, les anglois s’en occupent sérieusement, au reste j’ai la prétention de croire que les anti-amis des noirs nous auront obligation un jour de nos travaux, je ne doute pas non plus qu’ils ne soient couronnés de succès. J’ai fait la connaissance

de M. Clarkson, jeune homme d’un grand mérite et travailleur infatigable pour le bonheur de notre famille noire, il est accueilli de M. Necker, La Fayette et tout ce qu’il y a de mieux, le Roy a demandé à lire des ouvrages, ce bon prince  s’est attendri au récit que lui a fait M. Necker de la triste condition des noirs. La minute après avoir reçu votre billet pour Alquier, je le lui ai remis, moi-même, du moins chez lui….. Je ne vous ai jamais dit que M. de Mirabeau ne dut pas faire une motion en faveur des noirs, mais j’ai récusé l’assertion du député de Nantes, qui avançoit qu’on vouloit laisser les habitants s’en pourvoir chez les étrangers, c’est une indignité, il est tout aussi faux qu’on ait l’intention de faire soutenir la motion par dix mille hommes. Au reste lorsque je vous verrai, je vous dirai tout ce que je sais de la conduite bien louable de plusieurs possesseurs d’habitations à Saint-Domingue… (…)

Samuel de Missy à M. de Richemond, dans Lettres inédites d’un armateur rochelais, ed. by Richemond (La Rochelle, 1889), p. 16-17.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s