3 December 1790: in anticipation of assignats

Je crois, Monsieur, que ceux qui ont accaparé vos sucres et cafés ne feront pas une aussi bonne affaire qu’ils l’avoient cru d’abord, et ils comptoient bien certainement sur la guerre et peut-être sur la perte des colonies.

Je doute que la seule émission des assignats puisse faire assez hausser les prix des marchandises, pour qu’elles procurent aux spéculateurs un bénélice qui réponde à leur attente. Cette émission est fixée au 15 de ce mois. Il doit sortir de l’impression, chaque jour, 90.000 livres assignats de diverses sommes, et il n’y a pas de doute que, si le Trésor royal est autorisé à cette époque à payer tout ce qui est suspendu, les assignats ne soient promptement en circulation…

Le comte de Seneffe à M. Wirtz, à Bordeaux, dans Pierre de Vaissière, Lettres d’«aristocrates». La Révolution racontée par des correspondances privées. 1789-1794 (Paris, 1907), p. 178.

Image: Assignat of 1790

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s