21 November 1789: A dull King & Expectations of anti-revolution

Le Parlementde Metz est mandé à l’Assemblée nationale. On assure les gardes du Roy rappelés. Sa Majesté les demande depuis longtemps et M. de La Fayette a témoigné aux districts la nécessité de se rendre à son voeu, on craint qu’il n’en résulte quelque chose de fâcheux ; je l’ai vu ce pauvre Roy, il a l’air bien ennuyé. Les Brabançons se battent comme des enragés. On assure qu’ils ont trois armées de 15 mille hommes chacune. M. de la Fayette fut hier dans tous les districts, il y pérora longtemps, il invita à se tenir sur ses gardes et il prévint qu’il alloit faire mettre trois pièces de canon sur le Pont-Neuf, lorsqu’elles tireront, la générale battra et tous les citoyens devront se mettre sous les armes, on craint une insurrection, on soupçonna les Parlements et le Clergé de manoeuvrer et on dit que d’ici au 28 il y aura encore une révoiution ce qu’il y a de certain, c’est qu’il y a un bien grand nombre d’anti-patriotes, j’en vois tous tes jours qui voudroient la restauration de l’ancien régime ; tenons-nous sur nos gardes on ne peut se dissimuler que l’Assemblée nationale frappe trop d’intérêts et d’intérêts majeurs pour que ceux qu’elle Attaque ne se défendent pas, nous ne devons pas être sans crainte et sans surveiller attentivement.

Samuel de Missy à M. de Richemond, dans Lettres inédites d’un armateur rochelais, ed. by Richemond (La Rochelle, 1889), p.8-9.

Image: Marquis de Lafayette

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s